Comment prendre en charge la douleur?

31

Août

2017

Mal de tête, courbatures, rage de dents : le premier réflexe pour soulager ces petits maux du quotidien est bien souvent de prendre un médicament contre la douleur. Le paracétamol, l’ibuprofène et l’aspirine sont les antalgiques les plus courants. Mais ils nécessitent des précautions d’emploi.

Les médicaments antidouleurs ne sont pas à prendre à la légère. Pourtant, « ils sont trop souvent pris à tort et à travers. Leur utilisation s’est banalisée. Avant toute prise d’un médicament, il faut lire attentivement la notice et suivre ses recommandations à la lettre. » Cette notice fixe en effet les règles indispensables de bon usage : précautions d’emploi, posologie, contre-indications, effets indésirables, associations dangereuses.

Deuxième conseil de base : il ne faut pas attendre que la souffrance soit intense pour avoir recours à un antalgique. Ces médicaments sont d’autant plus efficaces qu’ils sont pris au tout début de la crise. Une douleur traitée dès les premières sensations cède plus facilement que si elle s’est installée ou est à son maximum.

Pour soulager les douleurs du quotidien, trois molécules sont disponibles en pharmacie dans le cadre de l’automédication : l’aspirine, le paracétamol et l’ibuprofène.

Prudence chez la femme enceinte : les femmes enceintes doivent être particulièrement prudentes quand elles prennent des antidouleurs. Le seul médicament antalgique qui soit sans danger pour le fœtus est le paracétamol (des études sont en cours et ceci va peut-être changer). A partir du 6e mois de grossesse, l’ibuprofène et l’aspirine peuvent entraîner une insuffisance cardiaque ou rénale du fœtus et un risque de décès du bébé avant ou après la naissance.

L’acide acétylsalicylique, plus connu sous le nom d’aspirine, est le plus ancien des antidouleurs. C’est le médicament le plus vendu au monde. Il présente pourtant de nombreux inconvénients : il peut agresser l’estomac, provoquer une allergie ou déclencher une hémorragie. Ce médicament ne doit pas être utilisé en cas d’antécédent d’ulcère de l’estomac ou de douleurs digestives, d’anomalies de la coagulation, de goutte, etc. Il interagit également avec de nombreux médicaments comme les anti-inflammatoires, les anticoagulants, les antidiabétiques ou encore les diurétiques.

Le paracétamol, l’antidouleur de référence, il a supplanté l’aspirine dans notre pays. C’est l’antalgique le plus couramment utilisé. Mieux toléré sur le plan digestif, il a pour seule contre-indication les maladies graves du foie et des reins. Il est très rarement responsable d’effets indésirables, à l’exception parfois de réactions allergiques de la peau. Attention : la dose de 3 grammes de paracétamol par jour ne doit pas être dépassée, sauf avis contraire de votre médecin. Un surdosage peut entraîner une hépatite grave et des conséquences sur tous les organes voir la mort.

L’ibuprofène est le plus récent des antidouleurs en vente libre. Il est en général mieux toléré que l’aspirine. Pourtant, cet anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) présente pratiquement les mêmes effets indésirables, interactions médicamenteuses et contre-indications que l’aspirine.

Si la douleur persiste plusieurs jours, si elle empire ou si de nouveaux troubles apparaissent plus question de recourir à l’automédication, il est impératif de consulter votre médecin traitant.

Trois niveaux de médicaments contre la douleur: l’organisation mondiale de la santé (OMS) a établi une classification des médicaments antidouleurs en trois niveaux.

Le niveau 1 est destiné aux douleurs légères à moyennes. Il regroupe l’aspirine, le paracétamol et l’ibuprofène. Vendus sans ordonnance, ces médicaments sont souvent pris en automédication. Ils permettent de soulager les douleurs superficielles, articulaires, musculaires, dentaires, les maux de têtes et les spasmes des règles.

Le niveau 2 est utilisé quand les douleurs ne sont pas soulagées par le palier 1. Ces médicaments nécessitent en général une prescription médicale. Ils sont essentiellement représentés par des associations de paracétamol ou d’aspirine avec des dérivés d’opioïdes comme la codéine, le tramadol.

Le niveau 3 est réservé aux douleurs très intenses ou rebelles aux médicaments de niveau 2. Il regroupe les antalgiques les plus puissants, dérivés de la morphine ou de l’opium. Ces médicaments nécessitent des prescriptions sécurisées : ils ne doivent jamais être pris sans avis médical.

La DCI contre le surdosage: de nombreux médicaments aux noms commerciaux différents contiennent de l’aspirine, des anti-inflammatoires ou du paracétamol. Une même molécule peut en effet être vendue par les laboratoires sous de multiples noms. A titre d’exemple, le paracétamol est commercialisé sous de nombreuses marques différentes, dont la plus connue est le Doliprane® : on peut donc dépasser la dose conseillée sans s’en apercevoir, en croyant prendre deux médicaments complémentaires.

Pour éviter ce risque, il faut se référer à la dénomination commune internationale (DCI) : c’est le vrai nom du médicament. Elle désigne la substance active – la molécule – contenue dans le médicament. Autre bénéfice : le nom de marque des médicaments change d’un pays à l’autre. La DCI, instaurée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), permet de retrouver facilement un médicament dans un pays étranger ou de se faire comprendre par un médecin ou un pharmacien qui ne parle pas votre langue.

  • Print
Dans la catégorie: Prévention Poster par: [211 Blue Star Level]

Répondre à cette question

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.

Pas encore membre? Inscrivez vous tout de suite »

Barème des points

Gagnez des points en posant et en répondant aux questions!

Grey Sta Levelr [1 - 25 Grey Star Level]
Green Star Level [26 - 50 Green Star Level]
Blue Star Level [51 - 500 Blue Star Level]
Orange Star Level [501 - 5000 Orange Star Level]
Red Star Level [5001 - 25000 Red Star Level]
Black Star Level [25001+ Black Star Level]